Le tabac ou la profondeur des abysses sans fonds

S’il est bien une chose à regretter dans cette vie, c’est bien celle d’avoir commencé la cigarette ! Vous vous sentez mal, sans avoir fumé votre première de la journée, celle après un repas ou bien encore celle de la pause, celle qui vous procure tant de bien ? Vous êtes vous jamais demandé pourquoi vous ressentez cette sensation et comment la nommer ? Jusqu’où peut-on aller, jusqu’où peut-on se voiler les yeux et que risque-t-on ? Le point sur la dépendance et les effets de la nicotine sur sa santé.

Tabac trompeur, tabac voleur de vies !

Les personnes atteintes de tabacomanie ont du mal à se désaccoutumer. Et pour cause, cette addiction agit principalement sur l’hypothalamus, cette zone du cerveau, en charge d’enregistrer les ondes de bien-être perçues par notre organisme.

Petit topo quand on allume sa cigarette ! Après s’être rapidement propagé dans notre sang, les effets de la fumée font monter les pulsations cardiaques et le taux d’endorphine. Ce dernier n’est autre que l’hormone de bien-être et de plaisir, produite par l’hypothalamus.

Sauf que les effets se dissipent en moins d’une heure. Au même moment où le pouls cardiaque s’accélère, les artères sont contractées induisant le cœur à travailler davantage. Il reçoit moins de sang, avec un risque d’infarctus multiplié par deux.

Sachons-le, la nicotine est un herbicide-insecticide, inhibitrice des sens et du système nerveux. Bien qu’accélérant la combustion des gras, elle agit en contrepartie comme un coupe-faim et diminue la glycémie.

La composition de la fumée de tabac

Tout le monde le sait bien : le tabagisme tue ! Véritable cocktail Molotov vous propulsant vers la mort, quand on connaît de la composition d’une cigarette. Rien d’étonnant à cela.

Les feuilles à tabac sont mélangées à de la nicotine et à des goudrons, connus comme étant des substances cancérigènes. Sa combustion dégage des gaz toxiques, tel le monoxyde de carbone. Vous êtes bien gentils quand vous pensez, qu’enroulée dans du papier, la mixture s’arrête à ça.

Eh bien sachez, que parmi les 4000 composants chimiques, pas moins de 50 substances sont connues pour favoriser le cancer.

Rapide tour d’horizon sur les autres additifs chimiques inhalés, hautement toxiques, irritants et empoisonnants, au même titre que les détergents, dissolvants, décapants, DDT,… : arsenic, acétaldéhyde, toluidine, pyrène, benzopyrène, polonium 210, chlorure de Vinyle, acétone, naphthylamine. Cette liste est non exhaustive ! On discerne aussi des métaux lourds, tels que le plomb, le cadmium et le mercure, difficiles à éliminer de l’organisme.

L’impact du tabac sur la santé

Le tabagisme affecte la santé et cause des millions de décès de par le monde. On lui attribue les morts de plus de 60 000 fumeurs par an, celles des prématurés et des jeunes de 35 à 69 ans. Comparée à celle des non-fumeurs, la facture coûte chère, soit 20 à 25 années d’espérance de vie en moins.

La cigarette est la principale responsable de cancers, de maladies inévitables, douloureuses et irréversibles. Elle attaque directement les organes principaux, à savoir, le cœur, les artères, la gorge et les poumons.

Les principaux touchés par les infarctus du myocarde et l’artériosclérose sont souvent des sujets jeunes de moins de 45 ans. Pour les expliquer, nous reprenons les paroles du docteur Delbecque « Les artères deviennent comme des tuyaux de radiateur entartrés et se bouchent ». En s’accélérant, le rythme du cœur se fatigue et s’essouffle, avant de s’étouffer.

En plus de provoquer des maladies pulmonaires, liées à une insuffisance respiratoire, la consommation de tabac aggrave les bronchites. Ces troubles sont dits broncho-pneumopathies chroniques obstructives (BPCO).

Le nombre d’années de tabagisme impacte davantage la santé que le nombre de cigarettes fumées. Certes, on augmente les risques de détruire sa santé en fumant plus. Cependant, un petit fumeur et un fumeur passif sont encore plus exposés s’ils l’ont été depuis leur jeunesse. Conclusion : mieux vaut tard que jamais d’arrêter, le plus tôt étant le mieux.

Mieux connaître les dangers du tabagisme

Décrété responsable de 6 millions de morts de par le monde, l’engouement pour le tabac ne s’arrêtera pas là. Rien qu’en France, il a déjà tué près de 80 000 personnes par an. Garde à vous qui fumez ou qui se retrouve dans l’entourage d’un fumeur. Limiter les méfaits et les dangers liés à la consommation du tabac… Telle est la principale préoccupation des autorités et de ceux en charge de la santé publique.

Petit rappel sur les méfaits du tabac

Les mises en garde sanitaires publiées sur les paquets de cigarettes nous font rappeler que « Fumer…tue ». En France, une personne sur 10 meurt des conséquences du tabac sur sa santé.

Les dangers liés à la consommation de tabac sont innombrables, allant du cancer du poumon, aux maladies ORL et celles cardio-vasculaires.

Le développement d’autres maladies et de cancers ne seraient pas non plus faciles à diagnostiquer. Les victimes de la cigarette n’y voient que du feu. Souffrant de troubles, ils sont loin de pouvoir remettre en cause le fait de fumer, car ils ne s’en doutent pas.

Quels sont les risques encourus ?

Des recherches ont été lancées par le Centre de Contrôle et Prévention de Maladies. Selon eux, davantage de troubles et de problèmes de santé sont détectés chez les fumeurs. Ces risques sont multipliés par 1,5.

Les problèmes affectant la dentition et la cavité buccale ne sont pas des moindres. Atteints d’anxiété et de stress, les fumeurs sont plus enclins aux maladies du cœur. De même que l’éclat de la peau, une diminution de la libido et de la fertilité en seraient également affectés. Sans compter l’hypertension, le diabète et le cholestérol qui guettent et qui toucheraient les personnes prédisposées.

Pour les femmes, combiner le tabac et leur grossesse, est un mauvais choix. Elles sont plus facilement aussi touchées par le cancer du sein, celui du poumon et les troubles cardio vasculaires.

A toutes fins utiles, le tabagisme léger ou s’en tenir à 2 ou 3 cigarettes par jour n’est pas sans risques, loin de là. Au même titre que le tabagisme passif, les substances chimiques de la cigarette sont nocives pour la santé. Les jeunes enfants, l’adulte non-fumeur, la femme enceinte en seraient les plus touchés.

Le principal n’est pas de se dire « et si j’essayais d’arrêter ? » mais plutôt « qu’est-ce que j’y gagne ? ».

Le Budget public

La lutte contre le tabac coûte cher ! Le problème prend une autre dimension quand on voit que l’Etat et la Caisse d’Assurance Maladie sont …à bout de souffle.

L’OMS et l’Institut national du cancer américain se sont livrés à quelques études dont voici les résultats :

Les soins liés à la consommation de tabac ont généré des dépenses de l’ordre de 1000 milliards de dollars. Les caisses de l’Etat sont donc débitrices quand on sait que le commerce du tabac a seulement généré 268 milliards de dollars. D’où l’augmentation du prix du paquet de cigarette et de ses taxes pour essayer de compenser ces pertes.

Ce manque à gagner ne touche pas que l’Etat ! Effectivement, tout un chacun supporterait ces dépenses publiques, du fumeur au simple contribuable, en passant par le gouvernement. L’entreprise serait aussi confrontée à une baisse de productivité, face aux pauses cigarette et aux absences maladies du fumeur. D’autre part des statisticiens ont relevé que les fumeurs seraient aussi les premiers touchés en gagnant moins comme salaire.

Alors, vous n’êtes toujours pas sidéré ?